Réforme du collège : Qu’en disent les associations de parents d’élèves (censées vous représenter) ?

 

APEL, FCPE, PEEP à l’unisson, de qui se moque-t-on ?

 La réforme du collège fait couler beaucoup d’encre et a provoqué ces derniers jours une levée de boucliers de nombreux philosophes, professeurs, écrivains, parents d’élèves, anciens recteurs etc…. Les débats sont vifs et les émissions TV de ces derniers jours témoignent de la diversité des opinions sur les grands sujets que sont :

-       L’abandon/restriction du latin-grec

-       La suppression des classes bilangues et des sections européennes

-       Le programme d’histoire

-       Les classes interdisciplinaires

-       La LV2 en 5ème

Du côté des enseignants, la réforme est loin de faire l’unanimité et plusieurs points sont critiqués :

Communiqué de l’Association des professeurs d’Histoire-Géographie

La Conférence des associations de professeurs spécialistes a pris connaissance du projet de réforme du collège et constate : 

• que ce projet abandonne aux arbitrages locaux l’organisation de 20 % du volume horaire des enseignants.

• qu’il se solde par la perte d’heures d’enseignement disciplinaire.

• qu’il prévoit la globalisation des enseignements.

• que les langues anciennes cessent d’être enseignées pour elles-mêmes : elles seront désormais intégrées à l’enseignement du français (sous la forme d’« éléments culturels et linguistiques ») et au thème intitulé « langues et cultures de l’Antiquité » dans le cadre des enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI).

• que les sections européennes et les classes bi-langues sont vouées à disparaître.

La Conférence désapprouve la précipitation qui préside à la mise en œuvre de cette réforme. Au fur et à mesure que les gouvernements se succèdent, les réformes s’empilent. Plutôt que de déclarer à l’emporte-pièce que le collège suscite « l’ennui, voire la perte du goût pour le travail et l’effort », le ministère se devrait d’établir un bilan objectif et précis des réformes antérieures et de tirer les leçons du présent et du passé.

Réforme du collège

Lorsque les avis divergent et s’affrontent… la seule entité à parler d’une seule voix est celle des fédérations de parents d’élèves !

La FCPE est, sans surprise, favorable à la réforme du collège comme à toute réforme de ce gouvernement (rythmes scolaires, ABCD de l’égalité…). La FCPE utilise même les « éléments de langage » de la Ministre de l’éducation :

FCPE : « Madame la ministre, la réforme du collège a été approuvée à une large majorité (51 pour, 25 contre, une abstention) par la communauté éducative qui siège au Conseil supérieur de l’éducation (CSE). Nous savons votre attachement à continuer de porter la refondation de l’Ecole et nous souhaitons, par la présente lettre, réaffirmer au-delà du vote en CSE, notre soutien à votre projet et vous faire part de notre détermination à continuer de faire progresser le collège. »

Lors du vote consultatif du conseil supérieur de l’éducation, la PEEP, elle, s’est abstenue. Elle n’est donc ni pour ni contre la réforme. Si ces représentants des parents d’élèves ne savaient pas quoi voter, pourquoi n’ont-ils pas interrogé leurs adhérents (200 000  parents dont il se serait sans doute dégagé une majorité si tant est qu’on leur ait demandé leur avis)

« La PEEP n’est pas convaincue par cette réforme qui semble uniformiser encore plus l’enseignement au collège que le personnaliser. »

Quant à l’APEL qui représente les parents d’élèves de l’enseignement privé catholique, elle soutient la Ministre à 100% !

En résumé, les trois fédérations de parents d’élèves plébiscitent une réforme du collège ardemment critiquée depuis son annonce ! Ce qui revient à dire que tous les parents d’élèves (du public et du privé) sont favorables aux changements annoncés.

Par quel miracle les associations représentatives des parents d’élèves sont-elles les seules à n’émettre ni doute ni critique sur un projet tant décrié ?

 Ce résultat stupéfiant ne démontre-t-il pas que les parents d’élèves ne sont pas ni écoutés ni relayés par les trois instances censées les représenter.

Parents, si vous n’êtes pas un soutien inconditionnel à tous les points de cette réforme, faites le savoir.

Ecrivez à la fédération dont vous êtes adhérent et demandez-lui des comptes. Faites entendre votre avis, quel qu’il soit. Et exigez de vos représentants… qu’ils VOUS représentent ! C’est leur mission.

N’oubliez pas : nous avons l’école que nous méritons !

 

 

Close Comments

Comments (4)

    • La PEEP a demandé mon avis sur cette réforme et je fais parti des parents qui sont plutôt Pour cette réforme même si je crains un nivellement par le bas. Pour moi, la ministre a de bons arguments. Mais il est très difficile de faire des réformes dans l’éducation nationale et cette réforme ne va pas assez loin. Il faut refonder totalement l’Ecole et celà se fera par les enseignants, les parents, les neuropsychopédagogues, les acteurs en Pédagogie Alternative … petit à petit, pas par les Politiques.

  1. Bonjour,
    Mes enfants sont inscrits dans un établissement privé. Je suis au conseil d’administration de l’association de parents d’élevés (apel). Je ne suis plus en accord avec le fonctionnement et la manière de faire de l’association, notamment sur le respect des statuts et des règles élémentaires de représentativité. Comme je ne vois pas l’intérêt de partir en « guerre » contre un groupe de personnes, je m’interroge sur la possibilité de créer une autre association de parents d’élèves autonome (et indépendante de l’unapel) qui regrouperai beaucoup de parents qui ne sont pas plus d’accord que moi sur ce qu’ils considèrent comme un « clan ». Qu’en pensez vous ?

    • Bonjour, vous pouvez créer une autre association de parents d’élèves au sein de votre école qui ne soit pas affiliée à une fédération et cela même s’il en existe déjà une. Cependant, assurez-vous que vous ayez suffisamment de parents mobilisés (afin d’être une association vraiment représentative) et l’accord du chef d’établissement.Bonne chance et tenez nous au courant de votre démarche qui intéresse d’autres parents qui se sentent exclus des associations existantes. Florence

Posez-vos questions et discutez avec d'autres parents

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>