Faut-il supprimer le Latin et le Grec ? Si vous n’avez pas d’avis, vous en aurez un après avoir lu ceci…

Faut-il supprimer le Latin et le Grec ? Si vous n’avez pas d’avis, vous en aurez un après avoir lu ceci…

 

Un pas en avant , un pas en arrière, face à la gronde de certains enseignants, le gouvernement « consulte » le peuple à qui on expose les arguments pour et les arguments contre. Parmi ces nombreux échanges d’avis et points de vue, on retiendra la proposition de Pascal ENGEL Philosophe, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) qui allie pragmatisme et humour pour une démonstration sans équivoque, extraits :

 

« Le latin et le grec ne font que renforcer les inégalités sociales et bloquent l’intégration républicaine. Ils perpétuent des aristocraties académiques indignes de la démocratie du savoir, et empêchent les collégiens d’accéder aux matières utiles à la vie comme la conduite automobile, l’éducation civique et sexuelle.

(…) Quelques propositions simples permettront d’éradiquer définitivement le latin et le grec, et de faire des économies. Nervus gerendarum rerum pecunia. La plus simple consistera à supprimer les professeurs de langues anciennes du secondaire et du supérieur, mais aussi une bonne partie des archéologues. Cela ne les mettra pas au chômage, car on leur proposera, comme pour les postiers, de se reconvertir en moniteurs du permis de conduire.

On demandera ensuite à l’Académie de toiletter la langue française en supprimant toutes les expressions grecques et latines, telles que statu quo, a priori ou et cetera, puis les mots à racine grecque et latine, comme abdominal, belliqueux, anonyme ou misanthrope, pour ne garder que ceux qui viennent du gaulois, de l’arabe ou de l’anglais.

latin-grecOn supprimera des dictionnaires les pages roses, qui ne servent qu’aux pédants. On demandera à Uderzo d’enlever des albums d’Astérix toutes les allusions ridicules qu’y glissait Goscinny, telles que exegi monumentum, alea jacta est ou acta est fabula.

On se passera des locutions latines en droit, auxquelles personne ne comprend rien, comme mens rea ou inter partes. Summum jus, summa injuria ! Par la même occasion, on débarrassera la médecine de ses noms antiques de maladies, comme le lupus, le tetanos ou le delirium tremens, qui nous embrouillent.

Non barbarus sum. Je ne demande pas qu’on détruise la Vénus de Milo. Mais avons-nous vraiment besoin d’appeler nos détergents «Ajax», nos slips «Athéna» et nos foulards «Hermès» ? Le pédant Guy Debord n’aurait-il pas pu traduire son titre In girum imus nocte et consumimur igni ? Je ne propose pas qu’on détruise les livres en latin et en grec, qui peuvent bien rester numérisés. Mais ne gagnerait-on pas de l’espace en expulsant de nos bibliothèques les Loeb et autres Budé qui les encombrent, et en n’imprimant plus les textes latins de Descartes, Spinoza ou Leibniz ? Ils peuvent bien être ad usum delphini. Cela les rendra moins chers et plus accessibles, et cela allègera les notes des éditions de Montaigne. Imaginez aussi le gain de place que feront les musées si les légendes latines des tableaux et sculptures disparaissaient. On supprimera aussi les chiffres romains, qui ne servent à rien, et l’alphabet grec, avec ses Ω et ses ∑ que seuls les mathématiciens utilisent. Par la même occasion, on rebaptisera le Quartier latin d’un nom plus attrayant, «Espace de loisirs rive gauche», et j’avance la modeste proposition de supprimer, également, l’alphabet latin.

On conviendra qu’il serait un peu bête de fermer les sections antiques de nos musées, ou des sites tels que le pont du Gard, le théâtre d’Orange ou la Maison carrée de Nîmes, qui rapportent à l’Etat par le nombre de touristes chinois et japonais qui s’y pressent. On ne voudrait évidemment pas les voir partir pour Pompéi ou le Parthénon. Mais on pourrait y installer les Instituts Confucius généreusement dotés, et y employer les professeurs de latin et de grec comme gardiens de musée. Vae victis. Ceux-ci sont-ils prêts à s’exclamer : Caesar non supra grammaticos ? Nous leur répondons : Ignoramus et ignorabimus. »

 

Close Comments

Comment (1)

  1. Article fort sympathique, une lecture agréable. Ce blog est vraiment pas mal, et les sujets présents plutôt bons dans l’ensemble, bravo ! Virginie Brossard LETUDIANT.FR

Posez-vos questions et discutez avec d'autres parents

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>